Xiaomi n’a pas encore présenté sa voiture 100% électrique et la marque prépare déjà sa première variante (avec un moteur essence)

Date:

La présentation officielle de la première voiture de Xiaomi se rapproche de plus en plus. Alors que la voiture électrique est confirmée depuis des années, nous savons maintenant qu'il y aura également des versions EREV.

L’émergence de la voiture électrique a encouragé de nombreuses entreprises à pénétrer un marché qui était jusqu’à présent limité à quelques constructeurs. Encouragées par cette nouvelle ère, les entreprises technologiques deviennent très actives dans le développement de voitures. Apple y travaille, Foxconn a déjà présenté plusieurs modèles et Xiaomi s’apprête à faire de même. Sa première voiture électrique est plus avancée qu’on ne l’imagine. Les informations sont divulguées au compte-gouttes et nous apprenons aujourd’hui que Xiaomi ne prépare pas seulement un véhicule 100 % électrique, mais qu’elle travaille également sur une version à prolongateur d’autonomie.

L’EREV (Extended Range Electric Vehicle) offre le meilleur de la propulsion électrique avec la tranquillité d’esprit de l’autonomie et du ravitaillement d’un moteur à combustion. D’une part, les roues sont entraînées uniquement par un moteur électrique alimenté par une batterie, ce qui permet de conserver les avantages du couple instantané et de l’efficacité. D’autre part, la batterie peut être rechargée en la connectant à un chargeur ou au moyen d’un générateur à essence, ce qui permet d’étendre l’autonomie (en carburant) sur des centaines de kilomètres sans l’angoisse de devoir s’arrêter pour recharger, bien qu’il soit nécessaire de faire le plein.

Bien qu’il s’agisse d’un pari intéressant, les EREV ont été maintes fois rejetés par l’industrie. General Motors et Opel, avec la Volt et l’Ampera, ont été des pionniers et BMW a participé activement à la course avec la BMW ix2. Récemment, Mazda a copié la recette avec le MX-30 R-EV.

Le prototype de voiture électrique de Xiaomi
Les premières rumeurs suggèrent que le MS11 sera officiellement dévoilé dans le courant de l’année.

Deux batteries, une plateforme et jusqu’à 800 kilomètres d’autonomie

Selon Pan Daily, un média technologique chinois, les ingénieurs de Xiaomi souhaitent offrir une large gamme capable de s’adapter à différents types de clients. Le nom officiel, MS11, a fait l’objet d’une fuite il y a quelque temps, suivant une corrélation similaire aux appareils mobiles de l’entreprise. Le BEV et l’EREV seront tous deux basés sur la même plateforme. Une structure de pointe développée par l’entreprise et conçue pour offrir une architecture de 400 ou 800 volts en fonction des différentes combinaisons de moteurs et de batteries. Ces unités seront rejointes, comme nous le savons maintenant, par une version à autonomie étendue dotée d’un moteur à essence de 1,5 litre.

Le bloc moteur fera office de générateur, mais ne sera pas en mesure d’entraîner les roues à lui seul. Le rapport dévoilé est plutôt avare de détails, mais il est logique de supposer que Xiaomi présentera d’abord la voiture électrique et annoncera ensuite la version à autonomie étendue. Il y a quelques mois, le gouvernement chinois a donné à l’entreprise le feu vert pour lancer la production de sa première voiture électrique. La chaîne de montage devrait officiellement démarrer au début de l’année prochaine, mais il faudra attendre le printemps pour que les premières unités circulent dans les rues. D’abord, bien sûr, en Chine. Aucun plan d’exportation n’a encore été détaillé.

L’objectif de Xiaomi est de battre, ou du moins d’éclipser, la toute puissante Tesla Model 3. Pour ce faire, elle équipera son MS11 d’une large gamme de systèmes technologiques de pointe, développés en interne. Il devra également être compétent en matière de performance et d’efficacité. L’entrée de gamme proposera une batterie BYD LFP, tandis que les versions supérieures seront équipées d’une batterie moderne CATL Qilin d’une capacité allant jusqu’à 101 kWh, ce qui lui permettra d’offrir une autonomie estimée à 800 kilomètres dans le cadre du cycle d’homologation chinois.

Pascal Dalibard
Pascal Dalibardhttp://appel-aura-ecologie.fr
Pascal est un passionné de technologie qui s'intéresse de près aux dernières innovations dans le domaine de la téléphonie mobile et des gadgets. Il est convaincu que la technologie peut changer le monde de manière positive, mais il est également soucieux de l'impact environnemental de ces produits.

Articles connexes

Comment la voiture électrique réduit les revenus du gaz et du charbon pour le soutien du réseau électrique

Avec l'augmentation rapide des voitures électriques (VE) sur les routes, un changement majeur s'opère dans la manière dont...

Un nouveau processus de recyclage du polystyrène pourrait révolutionner l’industrie

Le polystyrène, couramment utilisé pour les emballages alimentaires et les produits de consommation, est l'un des plastiques les...

L’Union Européenne envisage des tarifs douaniers de 30 % sur les voitures électriques chinoises

L'essor de l'industrie chinoise pousse le monde occidental à adopter des politiques commerciales de plus en plus protectionnistes....

Les véhicules électriques freinent la croissance de la demande d’essence : un changement majeur en vue

Selon un récent rapport de la consultante Wood Mackenzie, la demande de gasoline devrait augmenter d'environ 340 000...