AccueilTechnologieLa batterie à semi-conducteurs de Volvo est déjà une réalité: une charge...

La batterie à semi-conducteurs de Volvo est déjà une réalité: une charge ultra-rapide mais avec un gros inconvénient

Volvo et StoreDot se sont réunis pour créer des batteries à semi-conducteurs qui se chargent en un temps record: seulement 5 minutes suffisent pour obtenir 150 kilomètres d'autonomie. Toutefois, cette innovation pose également un gros problème.

Publié le:

Volvo et StoreDot se sont réunis pour créer des batteries à semi-conducteurs qui se chargent en un temps record: seulement 5 minutes suffisent pour obtenir 150 kilomètres d’autonomie. Toutefois, cette innovation pose également un gros problème.

L’industrie automobile connaît une transformation sans précédent grâce aux progrès constants des voitures électriques. Celles-ci ont commencé à ajouter des fonctions innovantes qui dépassent de loin leurs équivalents de combustion en termes de performance, de sécurité, de portée et d’autant plus.
L’une des clés pour rendre les véhicules électriques pratiques et efficaces est le développement de batteries avancées. Ce sont des composantes fondamentales qui déterminent en grande partie l’autonomie, mais surtout la vitesse de charge.

Toyota a franchi une étape cruciale en dévoilant sa première batterie à semi-conducteurs, capable d’offrir une autonomie stupéfiante de 1 500 kilomètres. Cette étape marque le début d’une nouvelle ère dans l’industrie.

La marque japonaise n’est toutefois pas la seule à avoir entrepris cette révolution. Volvo, la célèbre entreprise suédoise, a décidé de se lancer dans la course à l’innovation en matière de batteries de nouvelle génération. Pour ce faire, l’entreprise a dévoilé sa propre version de la technologie à l’état solide, en mettant l’accent sur la charge ultra-rapide.

 

Volvo se lance dans la course au développement des meilleures batteries à l’état solide

Voiture électrique Volvo

Cette innovation est le fruit d’une étroite collaboration avec StoreDot, une entreprise israélienne spécialisée dans le développement de batteries. Les deux entreprises ont investi leurs ressources pour mettre au point une technologie de chargement rapide des batteries qui offre une autonomie d’environ 160 kilomètres en seulement cinq minutes de charge.

Bien entendu, cette avancée pourrait changer radicalement notre façon d’envisager le chargement des voitures électriques et éliminer l’une des principales préoccupations des utilisateurs qui hésitent à franchir le pas vers les voitures électriques, à savoir le temps nécessaire pour les recharger.

 

Il convient de noter que StoreDot a utilisé une technologie de pointe, ainsi qu’un logiciel breveté dominant l’anode de silicium, pour parvenir à des vitesses de charge plus rapides et à une dégradation moindre de la batterie sur des centaines de cycles de recharge.

Volvo et l’entreprise israélienne avancent à un rythme soutenu, avec l’intention de mettre en production ces batteries à semi-conducteurs à charge ultra-rapide en 2024. Cela signifie que cette date n’est pas si lointaine et que nous pourrions voir les premières voitures électriques Volvo équipées de cette technologie en 2025.

 

Recharge de voiture électrique

Cependant, malgré ces développements passionnants, les batteries à l’état solide sont confrontées à un défi majeur : l’infrastructure de recharge. Si les voitures électriques promettent de parcourir de longues distances avec une seule charge, la vitesse de chargement dépend en grande partie de la compatibilité et de la disponibilité des stations de chargement.

La plupart des foyers n’auront pas la capacité de charger les batteries à la vitesse permise par ces technologies avancées, ce qui constituera un inconvénient majeur pour la concurrence sur le marché.

Cela signifie que même si les voitures Volvo et autres ont une autonomie impressionnante, la possibilité d’en tirer parti dépendra en fin de compte de la disponibilité de stations de recharge capables de fournir des vitesses de charge ultra-rapides, et il n’y en aura pas beaucoup, du moins dans un premier temps.

 

Les batteries à semi-conducteurs et la recharge ultra-rapide peuvent transformer l’industrie de la voiture électrique en réduisant le temps de recharge tout en augmentant l’autonomie des véhicules.

Ainsi, des modèles de toutes marques plus compétitifs et plus pratiques que les moteurs à combustion seront mis sur le marché. Au final, ils s’imposeront comme une alternative de mobilité plus durable et plus efficace.

Stéphane Bourgeois
Stéphane Bourgeois
Stéphane a commencé à écrire il y a quelques années, explorant des sujets tels que les dernières technologies numériques, l'impact environnemental des industries et les dernières découvertes scientifiques. Son objectif est de partager des informations claires et accessibles pour aider les lecteurs à mieux comprendre le monde qui les entoure.

Articles connexes

L’hydrogène fournira jusqu’à 26 % de la demande d’énergie finale de l’UE en 2050, mais il est peu probable qu’il soit utilisé pour les...

L'hydrogène électrique jouera un rôle essentiel dans la décarbonisation de l'Europe, mais les décideurs politiques ne devraient l'utiliser...

Des voitures solaires qui se rechargent en roulant : cette usine allemande a réalisé l’impossible

De plus en plus de constructeurs automobiles cherchent à rendre l'utilisation des véhicules durable, la première alternative étant...

Le moteur à hydrogène révolutionnaire de Hyundai-Kia ne produit aucune émission : il ne pollue pas et n’émet pas de particules

Le stockage de l'hydrogène dans un réservoir pressurisé pour alimenter la pile à combustible d'un véhicule électrique est...

Le potentiel inconnu de Waze – une fonctionnalité surprenante que Google Maps ne possède pas

Waze pourrait être considéré comme la meilleure alternative à Google Maps pour planifier un itinéraire spécifique en voiture....