AccueilActualitésL’Europe fait un premier pas pour contrer l’arrivée des voitures électriques chinoises

L’Europe fait un premier pas pour contrer l’arrivée des voitures électriques chinoises

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que l'Europe enquêterait sur les subventions accordées à l'industrie chinoise, malgré les craintes d'éventuelles représailles de la part du gouvernement de Xi Jinping.

Nous vivons des temps de transformations et d’incertitudes. Le changement dans notre mode de déplacement représente un défi pour tous : les fabricants, les gouvernements et, surtout, les utilisateurs. La voiture électrique est déjà là. Elle est là pour rester, et dans les prochaines années, le marché doit augmenter sa part pour atteindre l’objectif de 2035. L’Europe s’est positionnée comme la région du monde qui mise le plus sur la mobilité électrique. Cependant, une décision continentale peut représenter un risque important pour une industrie qui représente des centaines de milliards d’euros et des millions d’emplois dans de nombreux pays.

Si le Vieux Continent a déclaré son intention d’éliminer toute trace de pollution liée à la circulation, les conducteurs ont besoin de voitures électriques comparables en termes de conditions et de prix aux modèles à combustion. Toutes les régions d’Europe n’avancent pas au même rythme en matière d’électrification. Des territoires comme la Norvège, les Pays-Bas ou l’Allemagne sont des leaders dans cette transition, mais d’autres marchés comme l’Espagne sont à la traîne. Le problème ne réside pas seulement dans le réseau de recharge, mais aussi dans le prix des véhicules. C’est là que la Chine souhaite agir.

L’Asie a identifié une opportunité dans l’industrie automobile européenne. Après la pandémie de COVID-19, le marché a évolué. Le conflit en Europe de l’Est a remodelé le réseau énergétique du continent et a fait grimper les coûts de fabrication pour les marques. Aujourd’hui, les voitures sont très chères, presque inaccessibles pour de nombreux acheteurs, et pire encore, il n’y a aucune indication que les tarifs économiques que nous avons connus pendant de nombreuses années reviendront. Les voitures électriques sont également touchées par ces problèmes. Le coût des batteries est significatif. Malgré les accords conclus par les marques avec leurs fournisseurs, la grande majorité d’entre eux sont chinois.

L'Europe fait un premier pas pour lutter contre l'arrivée des voitures électriques chinoises
Les fabricants réclament davantage de subventions et d’aides de la part de l’Europe pour produire leurs voitures et réduire leur prix de vente.

La Chine est en tête dans la production de batteries et de voitures électriques. Le pays a rapidement redressé son industrie. À tel point que de nombreux analystes estiment qu’il y aura bientôt une surabondance de véhicules électriques. De nombreuses marques et modèles de diverses natures visent le même objectif : ils ont tourné leur attention vers l’Europe comme mesure de soulagement. MG, XPeng, NIO, BYD, Zeekr… Des noms qui étaient à peine connus dans nos têtes inondent aujourd’hui nos portails d’actualités. Le débarquement est déjà en cours, et le risque pour l’Europe est considérable.

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a déclaré ouvertement en séance que l’Europe ouvrirait une enquête sur les subventions aux voitures électriques en Chine. Selon la plus haute représentante du continent, les Chinois perturbent le marché en appliquant des règles qui déséquilibrent la concurrence. “Leurs prix sont artificiellement maintenus bas grâce à d’énormes subventions de l’État. Cela déforme notre marché. Tout comme nous n’acceptons pas cette distorsion de l’intérieur de notre marché, nous ne l’acceptons pas de l’extérieur”.

Il s’agit d’une première étape qui avait été évitée jusqu’à présent en raison des possibles représailles du gouvernement chinois. De nombreuses marques craignent que Xi Jinping considère cette action comme une manœuvre préliminaire pour imposer des tarifs et des taxes spéciales sur les voitures électriques chinoises. Une action qui pourrait être suivie de manière similaire contre les marques européennes en Chine. Il est à noter que les fabricants s’opposent ouvertement à la réglementation de l’entrée des marques asiatiques. Luca de Meo, président de Renault, par exemple, a récemment déclaré que ce que l’Europe devrait faire, c’est soutenir l’industrie locale avec des subventions et des exemptions fiscales pour équilibrer les coûts avec les voitures chinoises. Ainsi, les revenus et les emplois actuellement menacés seraient préservés.

Pascal Dalibard
Pascal Dalibardhttps://appel-aura-ecologie.fr
Pascal est un passionné de technologie qui s'intéresse de près aux dernières innovations dans le domaine de la téléphonie mobile et des gadgets. Il est convaincu que la technologie peut changer le monde de manière positive, mais il est également soucieux de l'impact environnemental de ces produits.

Actualités

Coups de cœur