AccueilÉnergieStellantis investit plus de 100 millions d'euros dans le plus grand projet...

Stellantis investit plus de 100 millions d’euros dans le plus grand projet géothermique de lithium au monde

Le processus de production CTR utilise une conception technique modulaire qui minimise l'impact sur l'environnement et les émissions de carbone.

Stellantis N.V. et Controlled Thermal Resources Holdings Inc (CTR) ont annoncé un investissement majeur de plus de 100 millions de dollars (plus de 92 millions d’euros) par Stellantis pour faire avancer le développement du projet Hell’s Kitchen de CTR, le plus grand projet géothermique de lithium au monde.

Le lithium est l’un des matériaux essentiels pour la fabrication des batteries des véhicules électriques d’aujourd’hui et de demain. Bien qu’il commence à y avoir des alternatives qui n’utilisent pas le lithium, comme les batteries sodium-ion, leur part de marché est négligeable et, bien qu’avec des technologies différentes, presque toutes les batteries dans les années à venir continueront à utiliser le lithium.

Stellantis investit plus de 100 millions d'euros dans le plus grand projet géothermique de lithium

Il est donc essentiel de garantir l’approvisionnement de ce matériau. Surtout lorsque l’on prévoit de rendre toutes les voitures vendues en Europe et 50 % des voitures vendues aux États-Unis entièrement électriques d’ici 2030, comme c’est le cas pour Stellantis dans le cadre de son plan stratégique “Dare Forward 2030”. Il faut non seulement disposer de ses propres usines de batteries, mais aussi sécuriser l’approvisionnement en lithium.

Le projet “Hell’s Kitchen” de CTR dans le comté d’Imperial, en Californie, permettra d’obtenir du lithium à partir de saumures géothermiques en utilisant de l’énergie renouvelable et de la vapeur, un processus plus durable sur le plan environnemental que celui qui est actuellement largement utilisé. Ce procédé permet d’éviter les bassins d’évaporation des saumures, les mines à ciel ouvert et le traitement du lithium à l’aide de combustibles fossiles. L’objectif est d’obtenir du carbonate de lithium pour les batteries “vertes”, avec un impact moindre sur l’environnement.

“Le dernier accord avec CTR est une étape importante dans la prise en charge de nos clients et de notre planète, alors que nous nous efforçons d’offrir une mobilité propre, sûre et abordable en Amérique du Nord”, a déclaré Carlos Tavares, PDG de Stellantis.
Vulcan Energy fournira à Renault du lithium vert provenant de saumures géothermiques.

Stellantis investit plus de 100 millions d'euros dans le plus grand projet géothermique de lithium

Ce projet élimine le besoin de bassins d’évaporation de la saumure.

Comme indiqué plus haut, il s’agit du plus grand projet de lithium géothermique : il a une capacité totale de production de 300 000 tonnes métriques par an d’équivalent de carbonate de lithium. À titre de comparaison, la production mondiale totale en 2022 était de 737 000 tonnes d’équivalent carbonate de lithium et devrait dépasser les 960 000 tonnes en 2023, selon le ministère australien de l’industrie, des sciences et des ressources, en Australie, le plus grand pays producteur de lithium au monde.

Le lithium obtenu dans “Hell’s Kitchen” aura un autre avantage important pour Stellantis : il permettra aux véhicules électriques de Stellantis de bénéficier des mesures d’incitation prévues par la loi américaine sur la réduction de l’inflation (IRA). L’IRA stipule que pour bénéficier des incitations fédérales, les matériaux essentiels à la production des batteries doivent provenir des États-Unis. En outre, la production des batteries doit également avoir lieu sur le sol américain.

Pour atteindre ces objectifs, Stellantis s’assure une capacité de stockage d’environ 400 GWh en construisant six usines de fabrication de batteries en Amérique du Nord et en Europe. Les avantages fiscaux dont bénéficient les consommateurs et les fabricants aux États-Unis ont incité Carlos Tavares, PDG de Stellantis, à mettre en garde l’Europe contre la fuite des investissements et des emplois vers les États-Unis.

CTR devrait commencer à fournir de l’hydroxyde de lithium monohydraté à Stellantis en 2027. L’entreprise prévoit de créer 480 emplois dans le secteur de la construction par le biais de conventions collectives étendues et plus de 940 emplois directs dans le cadre du projet lorsque la ressource sera pleinement exploitée.

En outre, les entreprises ont prolongé l’accord de fourniture initial, qui prévoit désormais la fourniture d’un maximum de 65 000 tonnes métriques par an d’hydroxyde de lithium monohydraté (LHM) pour les batteries sur une période contractuelle de dix ans. Ce nouveau contrat intègre l’accord initial de fourniture de lithium signé par les deux sociétés en juin 2022, pour un maximum de 25 000 tonnes métriques de LHM par an.

Mathilde Michel
Mathilde Michel
Mathilde est journaliste et aime partager ses connaissances, mais elle aime aussi parler du quotidien, du bien-être et des animaux.

Actualités

Coups de cœur