Le Capucins à tête blanche un primates arboricoles est contraints de vivre au sol

Une étude à grande échelle portant sur 47 espèces de singes et de lémuriens a révélé que le changement climatique et la déforestation poussent ces animaux arboricoles à vivre au sol

Date:

Dans ce nouvel environnement, ils courent un plus grand risque en raison du manque de nourriture et d’abris préférés, et peuvent avoir des interactions plus négatives avec les humains et les animaux domestiques.

L’étude, publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), a été menée par le Dr Timothy Eppley, un associé postdoctoral de la San Diego Zoo Wildlife Alliance (SDZWA) aux États-Unis, et a examiné plus de 150 000 heures de données d’observation de 15 espèces de lémuriens et de 32 espèces de singes sur 68 sites dans les Amériques et à Madagascar.

Cette étude est le fruit d’une vaste collaboration mondiale, impliquant 118 co-auteurs de 124 institutions dans des pays tels que la Chine, le Pérou, le Costa Rica, le Royaume-Uni, le Mexique, l’Italie, le Canada, le Brésil, l’Allemagne, le Japon et la Bolivie.

Cette étude a commencé par une discussion entre collègues sur le fait que nous avions remarqué que certaines populations de primates arboricoles passaient plus de temps au sol”, se souvient le Dr Eppley, “alors que dans des sites relativement moins perturbés, les membres d’une même espèce peuvent ne jamais descendre au sol.

Les auteurs ont estimé l’influence des facteurs écologiques, y compris les éventuelles pressions exercées par l’homme et/ou les caractéristiques spécifiques des espèces, sur le niveau de terrestrialité (temps passé au sol) des primates arboricoles.

L’étude a révélé que les primates qui consomment moins de fruits et vivent en grands groupes sociaux sont plus susceptibles de descendre au sol. Les auteurs suggèrent que ces traits agissent comme une possible “pré-adaptation” à la terrestrialité. En outre, les primates vivant dans des environnements plus chauds avec une couverture végétale moindre étaient plus susceptibles de s’adapter à ces changements en s’orientant vers une utilisation plus extensive des terres.

Nombre de ces espèces sont déjà accablées par le fait qu’elles vivent dans des environnements plus chauds, fragmentés et très perturbés, où les ressources alimentaires disponibles sont généralement moins nombreuses. Alors que le changement climatique s’aggrave et que les habitats arboricoles diminuent, l’étude suggère que les primates qui ont un régime alimentaire plus général et vivent en groupes plus importants pourraient s’adapter plus facilement à un mode de vie terrestre.

Il est possible que le fait de passer plus de temps sur le terrain puisse protéger certains primates des effets de la dégradation des forêts et du changement climatique ; cependant, pour les espèces moins adaptables, des stratégies de conservation rapides et efficaces seront nécessaires pour assurer leur survie”, note Eppley dans un communiqué.

L’étude a également révélé que les populations de primates les plus proches des infrastructures humaines sont moins susceptibles de descendre au sol. Le Dr Luca Santini, de l’université Sapienza de Rome (Italie), l’un des deux principaux auteurs de l’étude, souligne que “cette découverte peut suggérer que la présence humaine, qui constitue souvent une menace pour les primates, peut interférer avec l’adaptabilité naturelle des espèces au changement global”.

La transition d’un mode de vie arboricole à un mode de vie terrestre s’est produite plus tôt dans l’évolution des primates, mais les changements rapides d’aujourd’hui constituent une menace sérieuse.

Bien que des conditions écologiques et des traits d’espèces similaires aient pu influencer les changements évolutifs antérieurs des primates arboricoles, y compris les hominines, vers la vie terrestre, il est clair que le rythme actuel de la déforestation et du changement climatique met la plupart des espèces de primates en danger”, explique le Dr Giuseppe Donati de l’Université Brookes d’Oxford (Royaume-Uni), l’un des principaux auteurs de l’étude.

Nadine Lamberski, responsable de la conservation et de la santé de la faune sauvage au SDZWA, qui n’a pas participé à l’étude, souligne l’ampleur impressionnante de cette initiative scientifique collaborative. C’est un effort extraordinaire que de réunir 118 auteurs et d’examiner des données de cette ampleur”, dit-elle. C’est aussi un formidable exemple des connaissances qui peuvent être acquises et des progrès qui peuvent être réalisés lorsque la conservation est examinée à l’échelle mondiale.

Pascal Dalibard
Pascal Dalibardhttp://appel-aura-ecologie.fr
Passionné de technologie mais soucieux de l'environnement, Pascal écrit principalement sur ses sujets de prédilection tournant autour de l'écologie.

Articles connexes

La série “Willow” sur Disney+ montre clairement que la nostalgie a des limites

Le remake de "Willow" est un produit qui était pratiquement acquis d'avance, Disney ayant raclé le fond du...

Comment choisir des pneus d’hiver en 9 étapes !

Entre le 1er novembre et le 31 mars, il est obligatoire d'équiper son véhicule en pneus hiver ou...

5 questions pour évaluer votre propre intelligence émotionnelle

Lorsqu'il s'agit de travailler avec les autres, Marcel Schwantes pense que l'intelligence émotionnelle (QE) est essentielle, que nous...

Pas de diesel, pas d’essence, pas d’électrique – le seul moteur que vous devez choisir pour faire un achat plus judicieux

Aujourd'hui, le nombre de décisions que les conducteurs doivent prendre avant d'acheter une nouvelle voiture a considérablement augmenté,...