AccueilActualitésLa gueule de bois de la voiture électrique n'est pas loin. Toyota...

La gueule de bois de la voiture électrique n’est pas loin. Toyota réaffirme donc qu’elle avait raison.

Le marché de l'électricité est en pleine croissance, mais son refroidissement se rapproche de plus en plus Des constructeurs comme Volkswagen et Ford se préparent à des scénarios peu optimistes.

Publié le:

Un avertissement n’est pas une trahison, et Toyota a lancé un avertissement depuis un certain temps. Akio Toyoda, ancien président de Toyota Motors, a récemment déclaré que “l’industrie commence à reconnaître qu’il n’y a pas de réponse unique à la réduction des émissions de carbone”. Ses propos constituent une prise de position critique face à l’inévitable : la croissance fulgurante des ventes de voitures électriques est sur le point de s’arrêter.

De grands groupes tels que Volkswagen commencent à mettre en garde contre un ralentissement significatif des commandes de voitures électriques, et nous disposons de nombreuses données pour déduire ce qui se passera si les défis posés par les voitures électriques ne sont pas résolus.

Toyota a lancé un avertissement depuis un certain temps.

Toyota, le principal moteur de l’hybridation des véhicules, a lancé un avertissement depuis un certain temps. Le géant japonais n’a jamais cru à la voiture 100 % électrique comme alternative future, proposant un scénario électrifié (mais pas électrique) avec des alternatives mixtes, telles que la voiture hybride, comme plus favorable. “Il n’y a pas de réponse unique à la réduction des émissions de carbone”, a déclaré Toyota en milieu de semaine au salon de l’automobile de Tokyo.

Les piliers sur lesquels repose cette approche sont solides. La base de clientèle n’est pas suffisante pour soutenir la croissance de ce marché, les batteries restent “trop grosses, trop chères et trop lourdes”, et l’autonomie reste un casse-tête dans certains scénarios.

Certaines données commencent à donner raison à Toyota. Les ventes de voitures électriques augmentent régulièrement depuis deux ans. L’année 2022 s’est achevée avec 10 millions d’unités vendues, qui devraient passer à 14 millions d’ici la fin de l’année 2023. Les analystes prévoyaient une croissance régulière d’une année sur l’autre, mais certaines données remettent en cause cette tendance.

Volkswagen parle déjà d’une baisse de 50 % des commandes en Europe, malgré une augmentation de 45 % des livraisons de ses voitures électriques d’une année sur l’autre et le fait que l’Europe soit son principal marché.

Si l’on considère le marché français, les prévisions ne sont pas très favorables. Des constructeurs comme Ford ont revu à la baisse leurs perspectives de fabrication et de vente, reportant la date à laquelle ils avaient promis de fabriquer deux millions de voitures électriques. À la fin de l’année 2022, d’autres constructeurs comme Renault avaient vendu 228 000 unités de véhicules électrifiés. Leur prévision était d’un demi-million.

Une question de marchés. L’adoption de la voiture électrique reste intrinsèquement liée aux différents types de marchés. Les différences sont abyssales. Des pays comme la Norvège sont des paradis de la voiture électrique. En septembre, les immatriculations de voitures purement électriques représentaient 84,3 %. Les voitures à essence représentent à peine plus de 1 % et les voitures diesel 2,5 %.

Il n’y a pas beaucoup de secrets à ces chiffres particuliers : la vente de véhicules électriques y est fortement subventionnée, à tel point qu’ils pèsent lourd dans les comptes. Sans compter qu’ils occupent une position privilégiée parmi les pays au pouvoir d’achat le plus élevé. Un exemple similaire est celui de la Suède, avec 41,9 % d’immatriculations 100 % électriques et près de 30 % hybrides.

Les réalités telles que l’Espagne et l’Italie ? diffèrent. En Espagne, avec des données de septembre, la voiture purement électrique ne représente que 5,2 %. Malgré ce chiffre peu élevé, la tendance est toujours à la hausse (croissance de 58,4 % par rapport à l’année précédente). En Italie, l’essence continue de prendre du poids, avec un taux d’adoption de 3,9 % pour les voitures purement électriques.

L’essence est toujours reine… pour le moment.

Selon l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), la part de marché des voitures électriques augmente, mais très modérément. Elle est passée de 14,1 % à 14,1 % par rapport à l’année précédente. Curieusement, dans des pays comme l’Allemagne, les ventes de voitures électriques ont chuté d’environ 28,6 %. La raison en est simple : le pays a coupé la barre des subventions.

Les voitures à essence restent l’option la plus demandée avec une part de 34,1 %, légèrement inférieure aux 35,3 % atteints l’année dernière. Les données des Pays-Bas, de la Suède et de la France, où l’adoption des voitures électriques est élevée, sont principalement responsables de la légère baisse du taux d’adoption des voitures à essence et de la légère croissance des voitures électriques.

Sans subventions, il n’y a pas de paradis.

Des cas comme ceux de l’Allemagne et de la Norvège mettent en évidence le principal problème de la voiture électrique : sans subventions, personne ne veut l’acheter. Les prévisions ne sont pas optimistes lorsqu’il s’agit d’imaginer un avenir où les prix des voitures à essence et électriques seront égaux, à l’exception de Tesla.

L’entreprise d’Elon Musk a réussi à réduire le prix de la Model 3 à moins de 40 000 euros au début de l’année. La nouvelle version se vend toujours avec cette marge serrée et le plan de Musk est clair pour les années à venir : continuer à baisser le prix pour éviter un refroidissement du marché.

Pascal Dalibard
Pascal Dalibardhttps://appel-aura-ecologie.fr
Pascal est un passionné de technologie qui s'intéresse de près aux dernières innovations dans le domaine de la téléphonie mobile et des gadgets. Il est convaincu que la technologie peut changer le monde de manière positive, mais il est également soucieux de l'impact environnemental de ces produits.

Articles connexes

L’adoption des voitures électriques est lente, mais les perspectives sont favorables

Cette année, les gros titres sur les véhicules électriques (VE) ont été lamentables. Alors que le monde se...

Des voitures solaires qui se rechargent en roulant : cette usine allemande a réalisé l’impossible

De plus en plus de constructeurs automobiles cherchent à rendre l'utilisation des véhicules durable, la première alternative étant...

Stellantis réalise un bénéfice record dans le cadre de la conversion électrique de ses usines

"Les résultats financiers record d'aujourd'hui sont la preuve que nous sommes devenus un nouveau leader mondial dans notre...

Le moteur à hydrogène révolutionnaire de Hyundai-Kia ne produit aucune émission : il ne pollue pas et n’émet pas de particules

Le stockage de l'hydrogène dans un réservoir pressurisé pour alimenter la pile à combustible d'un véhicule électrique est...