AccueilActualitésPourquoi le Royaume-Uni décide-t-il de revenir en arrière et de modifier la...

Pourquoi le Royaume-Uni décide-t-il de revenir en arrière et de modifier la date d’interdiction des voitures à combustion ?

Le nouveau gouvernement a décidé de modifier substantiellement le plan de mobilité électrique lancé en 2020 : intérêts politiques ou défense des citoyens ?

Publié le:

La plupart des pays sont en train de restructurer les types de mobilité pour les rendre plus attrayants et plus efficaces en termes d’émissions. En Europe, le plan s’oriente progressivement vers la disparition complète des voitures à moteur à combustion interne des concessions automobiles d’ici 2035. Un plan que certains gouvernements, les plus soucieux de l’environnement, ont décidé de mettre en avant et qui a également été copié par d’autres régions, comme certains États des États-Unis, par exemple.

Le Royaume-Uni, qui n’est plus soumis à la législation mise en œuvre par l’Union européenne, a introduit un plan de mobilité tout électrique d’ici 2030, cinq ans avant le plan proposé par le Vieux Continent. À l’époque, il avait été approuvé par le gouvernement dirigé par Boris Johnson, ancien premier ministre du pays, en 2020. À l’époque, le projet a été qualifié de “révolution verte” et la proposition a suscité de nombreuses objections avant d’être approuvée.

Cependant, selon la BBC, citant des sources anonymes, le gouvernement actuel de Rishi Sunak pourrait préparer une réforme du plan afin de modifier certains points, notamment la date limite de vente des voitures thermiques au Royaume-Uni. Cela signifierait que la réforme serait mise en parallèle avec les échéances fixées par l’Union européenne. En d’autres termes, la vente de tous les types de véhicules à moteur thermique, qu’ils soient diesel ou à essence, serait interdite à partir de 2035.

En revanche, cette réforme ne devrait pas affecter l’objectif principal déjà fixé par l’exécutif britannique ces dernières années, à savoir parvenir à des émissions nettes de carbone d’ici 2050. Le siège de Sunak n’a toutefois pas souhaité s’exprimer sur le sujet. Tout porte à croire qu’il attendra que la réforme soit officiellement approuvée et publiée en tant que loi.

Le gouvernement reste fermement attaché à ses engagements en faveur du “Net Zero” et le Royaume-Uni a réduit ses émissions plus rapidement que n’importe quel autre pays du G7. Notre approche sera toujours pragmatique et veillera à ce que les coûts ne soient pas répercutés sur les familles de travailleurs”, a récemment déclaré un porte-parole du gouvernement aux médias.

La version électrique de cette voiture chinoise s'arrache sur le marché de l'occasion
Les voitures thermiques seront interdites commercialement au Royaume-Uni à partir de 2035, selon une nouvelle date qui doit être approuvée par le gouvernement britannique.

L’actuel premier ministre, qui appartient au parti conservateur britannique, a fait des déclarations contredisant l’objectif vert précédemment approuvé. C’est pourquoi de nombreux législateurs et militants suggèrent que Sunak pourrait avoir manqué l’objectif d’émissions nettes en raison des élections à venir l’année prochaine.

Auparavant, le Premier ministre a toujours indiqué qu’un tel plan durable s’accompagnerait d’une “approche proportionnée”. En d’autres termes, les ambitions en matière d’émissions nettes doivent être mises en balance avec la nécessité de maintenir les factures des citoyens et des consommateurs britanniques à un niveau peu élevé.

Toutefois, tant que le gouvernement britannique n’aura pas fait de déclaration officielle, les principaux éléments de cette réforme ne pourront pas être précisés. Selon la BBC, l’information devrait arriver “dans les prochains jours”, sans toutefois donner de date précise pour sa publication.

Pascal Dalibard
Pascal Dalibardhttps://appel-aura-ecologie.fr
Pascal est un passionné de technologie qui s'intéresse de près aux dernières innovations dans le domaine de la téléphonie mobile et des gadgets. Il est convaincu que la technologie peut changer le monde de manière positive, mais il est également soucieux de l'impact environnemental de ces produits.

Articles connexes

L’adoption des voitures électriques est lente, mais les perspectives sont favorables

Cette année, les gros titres sur les véhicules électriques (VE) ont été lamentables. Alors que le monde se...

Des voitures solaires qui se rechargent en roulant : cette usine allemande a réalisé l’impossible

De plus en plus de constructeurs automobiles cherchent à rendre l'utilisation des véhicules durable, la première alternative étant...

Stellantis réalise un bénéfice record dans le cadre de la conversion électrique de ses usines

"Les résultats financiers record d'aujourd'hui sont la preuve que nous sommes devenus un nouveau leader mondial dans notre...

Le moteur à hydrogène révolutionnaire de Hyundai-Kia ne produit aucune émission : il ne pollue pas et n’émet pas de particules

Le stockage de l'hydrogène dans un réservoir pressurisé pour alimenter la pile à combustible d'un véhicule électrique est...