Les voitures solaires pourraient résoudre les deux grands problèmes de la mobilité électrique

La start-up néerlandaise Lightyear lancera cette année sa première voiture électrique dont la carrosserie est équipée de cellules solaires. Selon Lex Hoefsloot, cofondateur de l'entreprise, la voiture a été développée à partir de zéro pour réduire la consommation d'énergie. Elle est dotée d'une batterie plus petite et plus légère, ce qui permet à d'autres pièces, comme le moteur, d'être également plus légères.

Date:

Dans une interview accordée à  Wirtschaftswoche, le cofondateur Lex Hoefsloot a évoqué les projets de l’entreprise. Un concurrent allemand a également fait son apparition.

À la question de savoir pourquoi la première voiture solaire produite en série provient d’une start-up et non d’un constructeur automobile traditionnel, M. Hoefsloot répond que l’industrie automobile ne s’intéresse plus à ce type de véhicule depuis longtemps. Il ne suffit pas de monter quelques cellules photovoltaïques sur le toit, a-t-il déclaré. L’ensemble du véhicule doit être développé à partir de zéro pour réduire la consommation d’énergie. Lightyear était assez motivé pour essayer. Les fabricants établis se rabattraient sur leurs modèles de voitures existants.

Dans les voitures électriques classiques, la batterie de propulsion entraîne le poids. Le point de départ de Lightyear, dit-il, est d’installer une batterie plus petite et plus légère. Si la voiture n’a pas à déplacer elle-même un poids aussi élevé, d’autres pièces, comme le moteur, pourraient également être plus légères.

“Et nous avons tout réduit pour le rendre plus efficace, de la transmission à l’onduleur en passant par les cellules solaires”, a expliqué M. Hoefsloot. Une faible résistance à l’air est également très importante, c’est pourquoi le 0 est équipé de caméras au lieu de rétroviseurs latéraux, par exemple. Aucune autre voiture de série n’est aussi aérodynamique que la première voiture Lightyear.

Les voitures solaires pourraient résoudre les deux grands problèmes de la mobilité électrique

La start-up ne construit que les toits ouvrants des véhicules de ses clients ; le véhicule lui-même est fabriqué par le constructeur finlandais Valmet Automotive. Ils essaient d’externaliser autant que possible, dit Hoefsloot.

“Mais pour les toits solaires, qui sont incurvés dans deux directions, nous n’avons pas trouvé de partenaire approprié. Il y a également une considération stratégique derrière la décision de prendre la production en main.” Lightyear souhaite également construire des toits solaires pour d’autres personnes à l’avenir et est déjà en contact avec de grands constructeurs automobiles.

Les voitures solaires pourraient résoudre les deux grands problèmes de la mobilité électrique

La société munichoise Sono Motors poursuit un concept similaire avec des cellules solaires pour son minivan électrique Sion. Le modèle qui, selon l’état actuel, sera lancé beaucoup plus tard, en 2024, coûtera un peu moins de 30 000 euros, tandis que l’Eclair coûte 250 000 euros. Toutefois, l’entreprise néerlandaise prévoit également de lancer en 2025 un véhicule électrique à énergie solaire destiné au marché de masse, dont le prix devrait atteindre 30 000 euros.

Si Sono Motors réussit à lancer la production, ce sera un signal important pour le marché : il est possible de fabriquer des voitures solaires abordables. Nous faisons maintenant le contraire, simplement parce que nous voulons d’abord apprendre de la production à petite échelle.
Lex Hoefsloot

Lightyear et Sono sont dans le même bateau, a-t-il dit, les entreprises visant toutes à faire sortir les voitures solaires de leur niche.

Lightyear veut marquer des points non seulement en matière de durabilité, mais aussi en rendant ses véhicules moins chers et plus confortables. Avant tout, M. Hoefsloot affirme que les voitures solaires pourraient résoudre les deux grands problèmes de la mobilité électrique : la faible autonomie et le sous-développement des infrastructures de recharge. “Je suis convaincu que les voitures solaires deviendront la norme d’ici dix à quinze ans : les avantages sont tout simplement captivants.

Pascal Dalibard
Pascal Dalibardhttp://appel-aura-ecologie.fr
Passionné de technologie mais soucieux de l'environnement, Pascal écrit principalement sur ses sujets de prédilection tournant autour de l'écologie.

Articles connexes

Panneaux solaires : une solution de recyclage peu coûteuse a peut-être été trouvée

Une nouvelle étude australienne a proposé une méthode peu coûteuse de recyclage des panneaux solaires pour aider à...

Pour le prix d’un iPad, vous pouvez désormais disposer d’une “centrale électrique de balcon” capable d’alimenter une maison pendant 20 ans.

Une centrale de balcon est une installation de production d'électricité à petite échelle conçue pour être installée sur...

Le nouveau NAMX HUV intègre un système unique pour les voitures à hydrogène

La NAMX vient de dévoiler la version conceptuelle de son premier véhicule, un SUV équipé de capsules d'hydrogène...

Combien d’électricité consomme un téléviseur (Plasma, LED, LCD, OLED) ?

La consommation d'énergie est un problème pour tous ceux d'entre nous qui regardent beaucoup la télévision. Mais savez-vous...