Le financement de l’IA: Une goutte d’eau dans l’océan du changement climatique?

Date:

Face à l'urgence climatique, le débat sur le rôle de l'intelligence artificielle oscille entre espoir et scepticisme. Alors que le Royaume-Uni s'engage dans une initiative audacieuse, investissant dans l'IA pour combattre le changement climatique, les critiques soulignent les limites et les défis de cette approche.

L’intelligence artificielle peut être considérée comme une solution ou une menace, c’est un débat qui nous accompagnera pendant des décennies. Cependant, ce qui apparaît comme la deuxième option, c’est le changement climatique. Et si nous résolvions l’un par l’autre ? C’est précisément ce que l’un de nos plus grands rivaux commerciaux s’apprête à faire et pour lequel il engage des millions de dollars.

Le rival de notre commerce prend les choses au sérieux : regardez ce qu’il fait avec l’IA

Le gouvernement britannique a récemment annoncé un nouveau projet ambitieux visant à mettre l’intelligence artificielle (IA) au service de la lutte contre le changement climatique. Le projet est doté d’un financement de 2 millions de livres sterling et vise à soutenir les entreprises qui utilisent l’IA pour réduire les émissions de carbone et atteindre les objectifs “net zéro”.

Le gouvernement estime que les technologies émergentes d’IA sont prometteuses pour modéliser des données climatiques complexes, optimiser les systèmes d’énergie renouvelable et permettre des avancées dans les domaines de l’agriculture, des transports, de la fabrication, etc. Il estime que l’IA peut accélérer les progrès en matière de décarbonisation d’une manière qui n’est pas possible avec les méthodes conventionnelles.

Cependant, le projet n’est pas sans controverse. Ses détracteurs affirment que le financement ne représente qu’une fraction de ce qui est réellement nécessaire et se demandent si l’IA peut tenir ses nobles promesses en matière de climat. Les partisans du projet rétorquent qu’il s’agit d’un premier pas important vers l’exploitation du potentiel de l’IA dans la lutte contre le changement climatique.

Les années à venir montreront si cet investissement expérimental du gouvernement dans l’IA porte ses fruits ou s’il ne permet pas de réduire les émissions. Mais la volonté d’essayer de nouvelles approches met en évidence l’urgence de la crise climatique et la réponse de tous les acteurs qu’elle justifie aujourd’hui.

Fusion de l’hydrogène et du moteur électrique : la première voiture super-renouvelable d’une puissance de 270 ch

Une somme d’argent sans précédent pour une technologie peu fiable

Le gouvernement britannique a récemment annoncé son intention d’investir 2 millions de livres sterling dans un projet d’intelligence artificielle (IA) visant à résoudre le problème du changement climatique. Ce financement s’inscrit dans le cadre d’un investissement plus large de 4 millions de livres sterling visant à utiliser l’IA pour atteindre les objectifs du pays en matière d’émissions nettes zéro.

Plus précisément, le projet de 2 millions de livres explorera la manière dont l’IA et l’apprentissage automatique peuvent être appliqués à la modélisation et aux prévisions climatiques. L’objectif est d’utiliser des algorithmes avancés et la puissance de calcul pour mieux comprendre les systèmes climatiques et terrestres complexes.

En améliorant les projections et les prévisions climatiques, les décideurs politiques espèrent prendre des décisions plus éclairées sur les stratégies de décarbonisation et d’adaptation. Les critiques ont soulevé des inquiétudes quant au prix élevé d’une technologie qui n’a pas encore fait ses preuves.

Toutefois, les partisans de l’IA soutiennent que cet investissement est modeste comparé aux milliards dépensés pour les infrastructures d’énergie renouvelable. Ils estiment que l’IA pourrait fournir des informations précieuses permettant de maximiser le rendement des investissements dans le domaine du développement durable. Le projet reflète une tendance croissante des gouvernements à se tourner vers l’IA et les solutions basées sur les données.

Les premières photos de la nouvelle console Xbox X Series sans lecteur de disque, avec des changements internes, divulguées

Utiliser l’IA pour lutter contre le changement climatique, inquiétant : pourquoi ce projet n’est pas convaincant

La question la plus fréquente concerne la faisabilité et l’impact potentiel d’un projet aussi modeste, doté de 2 millions de dollars. Bien que l’IA puisse contribuer à la lutte contre le changement climatique, les critiques affirment que ce niveau de financement est une goutte d’eau dans l’océan par rapport à l’ampleur des changements nécessaires.

Certains craignent que l’IA n’aggrave involontairement le changement climatique ou ne supprime des emplois humains dans des secteurs à forte intensité de carbone, ce qui entraînerait des difficultés économiques. Si elle n’est pas développée de manière réfléchie, l’IA pourrait optimiser les mauvaises choses, en donnant la priorité aux réductions d’émissions à court terme de manière à nuire à l’homme ou à la planète.

La critique la plus sévère est peut-être que ce nouveau projet n’est qu’un exemple de plus de la politique climatique de nos rivaux, qui ne fait que parler sans agir. L’Europe a l’habitude de faire des annonces et de fixer des objectifs audacieux qui ne sont pas assortis de ressources suffisantes. Cette initiative en matière d’IA pourrait être une nouvelle opération d’écoblanchiment destinée à faire les gros titres, sans pour autant déboucher sur de véritables progrès.

En réalité, le lien entre l’intelligence artificielle et le changement climatique peut être interprété de deux manières. D’une part, nous avons tous ces projets qui, comme celui que vous avez vu, visent à apporter une solution. D’autre part, il y a la consommation excessive de ressources qu’implique l’utilisation de cette technologie, tant l’eau que l’électricité ou les énergies renouvelables.

Valérie Bizier
Valérie Bizier
Pour Valérie, écrire est un bon moyen de s’exprimer. Féministe dans l’âme, elle écrit principalement sur des sujets qui la touchent de près ou de loin.

Articles connexes

Les véhicules électriques freinent la croissance de la demande d’essence : un changement majeur en vue

Selon un récent rapport de la consultante Wood Mackenzie, la demande de gasoline devrait augmenter d'environ 340 000...

Prix du gaz : nouvelle hausse des factures en juin 2024

Les consommateurs de gaz en France doivent se préparer à une nouvelle hausse des prix en juin 2024....

Découvrez le top des smartphones 2024 : Les modèles qui redéfinissent la technologie mobile!

Le monde de la téléphonie mobile évolue à grands pas et chaque année, la concurrence entre les marques...

Éliminez les bugs de votre Google Pixel : Méthodes efficaces pour une meilleure utilisation

Les téléphones Google ont la particularité d'avoir une version d'Android plus propre que le reste des marques, car...