AccueilActualitésL'adoption des voitures électriques est lente, mais les perspectives sont favorables

L’adoption des voitures électriques est lente, mais les perspectives sont favorables

Les ventes de véhicules électriques ont ralenti dans le monde entier, mais les experts restent optimistes.

Cette année, les gros titres sur les véhicules électriques (VE) ont été lamentables. Alors que le monde se hâte d’abandonner les combustibles fossiles, qui font grimper les températures mondiales et provoquent un changement climatique catastrophique, les fabricants de VE continuent de lutter pour convaincre les automobilistes d’utiliser leurs produits plus écologiques.

Ford a fermé sa ligne de production de F-150 Lightning. General Motors a suspendu les ventes de son nouveau SUV électrique à la suite de problèmes logiciels et a également retardé la production de trois autres modèles électriques. Le constructeur Polestar réduit ses effectifs, invoquant des “conditions de marché difficiles”. La société de location Hertz se débarrasse d’une grande partie de sa flotte de véhicules électriques. Les acheteurs de voitures envoient des signaux contradictoires quant à leur volonté d’acheter des versions électriques. Les constructeurs américains, européens et même chinois prévoient un ralentissement des ventes en 2024. Même Tesla, le géant de la voiture électrique, fait partie des producteurs qui entrevoient une route semée d’embûches.

Bienvenue dans la transition électrique. Dans une certaine mesure, les experts estiment qu’il fallait s’attendre à des hauts et des bas. Un changement géopolitique de l’ampleur de celui que l’industrie automobile tente de réaliser prend des années, pas des trimestres. Il est peut-être trop tôt pour appuyer sur le bouton de panique.

Les perspectives de ventes de voitures électriques en 2024

“La transition est en cours”, affirme Corey Cantor, associé principal en charge des véhicules électriques au sein du cabinet d’études BloombergNEF. “Les ventes de véhicules à moteur à combustion interne ont atteint leur apogée. Il s’agit maintenant pour les constructeurs automobiles d’atteindre leurs objectifs.

M. Cantor et ses collègues ont prédit à la fin de l’année dernière qu’entre 1,6 million et 2,1 millions de nouveaux véhicules électriques à batterie et hybrides rechargeables seraient vendus aux États-Unis d’ici à 2024. Actuellement, selon M. Cantor, les totaux pourraient être plus proches de la limite inférieure de cette fourchette. Néanmoins, les ventes dans ce pays devraient augmenter de près d’un tiers cette année.

Au niveau mondial, le cabinet de conseil prévoit que 16,7 millions de véhicules électriques seront vendus cette année, soit une augmentation de 22 % par rapport à l’année dernière.

“S’il s’agissait d’un autre secteur, cette croissance serait impressionnante”, déclare Joel Jaeger, chercheur en politique climatique au World Resources Institute, un organisme de recherche international. “Nous sommes un peu blasés par la croissance incroyable que nous observons. Toutefois, souligne-t-il, “cela ne veut pas dire que la transition ne sera pas cahoteuse”.

Les airs de négativité sur les marchés américain, européen et chinois des VE ont au moins une cause commune : les taux d’intérêt élevés, qui rendent l’idée d’un achat important comme celui d’une voiture moins attrayante dans les semaines et les mois à venir. Mais les bosses ont aussi leur propre caractère local.

En Europe, en France et en Allemagne, les programmes de soutien qui ont fait baisser les prix des véhicules électriques pendant des années ont expiré. Des engagements ambitieux en matière de climat devraient inciter les décideurs politiques à se concentrer sur les moyens d’augmenter le nombre de voitures électriques sur les routes européennes, mais les consommateurs semblent satisfaits d’attendre que l’offre soit moins chère et que la technologie des batteries soit peut-être plus avancée.

En Chine, la concurrence féroce entre les principaux acteurs de l’industrie automobile nationale a conduit à une guerre des prix. La baisse des coûts serait une bonne chose pour les acheteurs de voitures dans ce pays et sur les marchés mondiaux où les entreprises chinoises font des incursions, mais elle soulève des questions à court terme quant à la rentabilité.

Aux États-Unis, les analystes affirment que les consommateurs ont résisté aux offres électriques plus coûteuses des constructeurs automobiles. Et même si l’écart se réduit, l’achat d’un véhicule électrique reste en moyenne plus cher que l’achat d’un véhicule à essence.

Le fait que l’année 2024 ait commencé par la disparition du véhicule électrique le plus abordable sur le marché américain, la Chevrolet Bolt (26 500 dollars), n’arrange rien. Le secteur se trouve à un moment particulier : les constructeurs ne gagnent pas assez pour lancer des modèles électriques en grandes quantités et sont donc incapables d’augmenter la production au point de faire baisser les prix. Le sous-développement du système de recharge public aux États-Unis a également rendu les VE moins attrayants pour les personnes qui, pour la plupart, veulent un véhicule qui s’adapte à leur vie actuelle.

“Les innovateurs et les premiers utilisateurs sont prêts à tolérer une certaine incompétence”, explique Kristin Dziczek, conseillère politique spécialisée dans l’industrie automobile à la Federal Reserve Bank of Chicago. “Le marché de masse ne tolérera pas les lacunes.
Une transition électrique lente mais sûre

Pour surmonter les problèmes rencontrés cette année par les véhicules électriques, il faudra peut-être mettre en œuvre les bonnes politiques publiques. M. Jaeger a étudié les points de basculement dans les pays où les VE représentent une part beaucoup plus importante des ventes de voitures. Il explique que dans ces pays, les taux d’adoption ont grimpé en flèche une fois que les modèles sont devenus compétitifs en termes de prix par rapport aux voitures à moteur à combustion interne.

Prenons l’exemple de la Norvège : grâce à une série d’aides gouvernementales, les voitures électriques étaient moins chères que les voitures à essence en 2012, année où elles représentaient 3 % des ventes de voitures particulières. Cinq ans plus tard, en 2017, les VE représentaient 21 % des ventes ; aujourd’hui, elles en représentent près de 80 %.

Aux États-Unis, une nouvelle version des subventions fédérales aux véhicules est entrée en vigueur en janvier. Mais les conditions sont limitées, car les économies ne s’appliquent qu’à une petite partie du marché électrique et les nouvelles dispositions n’ont pas réussi à réduire suffisamment les prix pour rendre les VE pleinement compétitifs par rapport aux modèles à essence.

Les subventions ne sont pas le seul moyen d’y parvenir. Les gouvernements pourraient également interdire complètement la vente de voitures à essence d’ici une certaine date, comme l’Union européenne, le Japon et l’État de Californie prévoient de le faire.

Les gouvernements ont un rôle à jouer dans la transition, mais les experts estiment que la mise en circulation d’un plus grand nombre de véhicules sans émissions nécessitera également un travail astucieux et complexe de la part des constructeurs du monde entier. Les principaux constructeurs qui continuent à produire des modèles à essence devront produire (et vendre) un nombre suffisant de ces modèles et, dans le même temps, donner le coup d’envoi à toute une industrie de véhicules électriques. La question de savoir s’ils resteront tous à flot reste ouverte. “La situation va se compliquer au fur et à mesure”, souligne M. Dziczek.

Mais dans une certaine mesure, tout cela était prévu depuis des années. M. Dziczek se souvient de toute courbe d’adoption technologique : électricité, machines à laver, fours à micro-ondes. Les consommateurs semblent acheter de nouveaux produits et adopter de nouveaux modes de vie plus rapidement que jamais. Mais il est insensé de penser que tout ce qui est nouveau “a un chemin facile”, déclare-t-il.

Stéphane Bourgeois
Stéphane Bourgeois
Stéphane a commencé à écrire il y a quelques années, explorant des sujets tels que les dernières technologies numériques, l'impact environnemental des industries et les dernières découvertes scientifiques. Son objectif est de partager des informations claires et accessibles pour aider les lecteurs à mieux comprendre le monde qui les entoure.

Top Infos

Coups de cœur