AccueilAuto & MotoIl se vend plus de Ferrari hybrides que de voitures à essence,...

Il se vend plus de Ferrari hybrides que de voitures à essence, mais cela ne durera pas longtemps à cause d’un SUV

Pour la première fois de son histoire, le constructeur automobile italien a vendu plus de voitures hybrides que de voitures à essence. Il gagne également plus d'argent et sa voiture électrique se porte mieux que prévu.

Chez Ferrari, on ne comprend ni les crises ni les ralentissements économiques. La marque de Cavallino a annoncé des bénéfices records et le franchissement d’une étape historique. Pour la première fois, Ferrari a vendu plus de voitures hybrides que de voitures non hybrides, même si cette tendance disparaîtra probablement l’année prochaine.

Entre juillet et septembre de cette année, 51 % des voitures vendues par Ferrari étaient des hybrides. Au cours du trimestre précédent, cette part était de 43 % et l’année dernière, à la même époque, elle n’était que de 20 %.

Bien que la marque ne propose que quatre modèles hybrides sur une gamme de treize, il s’agit des modèles les moins chers. Cela a stimulé les ventes des modèles électrifiés. Les Ferrari 296 GTB et GTS utilisent un système hybride rechargeable de 829 ch (610 kW), résultat de la combinaison d’un moteur V6 à essence de 663 ch et d’un moteur électrique de 166 ch. Leur prix ? À partir de 280 000 euros.

Les modèles
Les modèles “bon marché” et les plus vendus de la marque sont des hybrides.

Un cran au-dessus, avec un prix de près de 500 000 euros avant options, se trouvent les SF90 Stradale et SF90 Spider, dont le système hybride est encore plus complexe : trois moteurs électriques et un moteur V8 qui, au total, développent 1 000 chevaux.

La tendance hybride devrait changer l’année prochaine, lorsque la Purosangue sera en pleine production. Le premier SUV de la marque a connu un tel succès qu’il est épuisé jusqu’en 2026, ce qui a contraint la marque à interrompre les commandes. La Purosangue n’est vendue qu’avec un moteur V12 et devrait représenter 20 % des ventes de Ferrari l’année prochaine, réduisant ainsi la part des hybrides dans le total.

Lors de la présentation des résultats, Benedetto Vigna, PDG de Ferrari, a également parlé de la première voiture électrique de la marque. Bien qu’il reste encore deux ans avant le lancement, le développement progresse plus rapidement que prévu. Selon Benedetto Vigna, le projet “est dans les temps, mais dans certains processus, nous sommes même en avance”, bien qu’il n’ait pas donné plus de détails.

La Purosangue
La Purosangue réduira la part des hybrides à partir de l’année prochaine.

La toute première Ferrari électrique arrivera en 2025 et 40 % de la gamme de la marque sera constituée de voitures à batterie d’ici la fin de la décennie, même si elle continuera à proposer des voitures à essence aussi longtemps qu’elle le pourra. M. Vigna a déclaré que Ferrari voulait donner à ses clients “la liberté de choisir” le mode de propulsion de leurs voitures.

D’autre part, les bénéfices de l’entreprise augmentent régulièrement. Les bénéfices nets ont augmenté de 46 % par rapport à la même période de l’année dernière, atteignant 332 millions d’euros entre juillet et septembre. Le chiffre d’affaires de l’entreprise a augmenté de 24 % pour atteindre 1,5 milliard d’euros, malgré une croissance des ventes de seulement 9 % (à 3 459 unités).

L’augmentation de la marge bénéficiaire est due à l’augmentation du nombre de personnalisations de voitures. Les clients choisissent de plus en plus de détails en fonction de leurs goûts, ce que Ferrari facture très cher. Le niveau de personnalisation peut commencer par le simple choix d’une certaine couleur pour les étriers de frein et atteindre un niveau de détail véritablement sur mesure, ce que Ferrari appelle le Tailor Made, où le client peut demander pratiquement tout ce qu’il est techniquement possible de faire.

Pascal Dalibard
Pascal Dalibardhttps://appel-aura-ecologie.fr
Pascal est un passionné de technologie qui s'intéresse de près aux dernières innovations dans le domaine de la téléphonie mobile et des gadgets. Il est convaincu que la technologie peut changer le monde de manière positive, mais il est également soucieux de l'impact environnemental de ces produits.

Actualités

Coups de cœur