vendredi, juin 21, 2024
AccueilActualitésL'Union Européenne envisage des tarifs douaniers de 30 % sur les voitures...

L’Union Européenne envisage des tarifs douaniers de 30 % sur les voitures électriques chinoises

L'UE pourrait suivre les pas des États-Unis et introduire des tarifs douaniers allant jusqu'à 30 % sur les voitures électriques chinoises

L’essor de l’industrie chinoise pousse le monde occidental à adopter des politiques commerciales de plus en plus protectionnistes. Il y a à peine quelques jours, les États-Unis ont annoncé une révision approfondie des tarifs douaniers sur les produits en provenance de Chine, ce qui a particulièrement affecté les voitures électriques fabriquées dans le pays asiatique, qui auront désormais un droit de douane allant jusqu’à 102,5 %.

Cela a été célébré par des groupes comme General Motors, dont le président, Mark Reuss, a déclaré que « il existe des stratégies dans lesquelles on entre dans une guerre de prix et on ne gagne pas d’argent […]. Cela ne concerne pas la chaîne d’approvisionnement [de la Chine], mais sa stratégie de prix. Nous voulons simplement des règles du jeu équitables pour pouvoir fixer les prix, réaliser des bénéfices et offrir de la valeur à nos clients ».

L’enquête européenne sur les subventions chinoises

Tout indique que l’Union européenne ne tardera pas à emprunter un chemin similaire. L’année dernière, Bruxelles a lancé une enquête pour éclaircir si les fabricants chinois avaient bénéficié de subventions injustes de la part des autorités sur leur marché national, ce qui, si cela était confirmé, signifierait faire une concurrence déloyale aux marques européennes.

Le commissaire au commerce de l’Union européenne, Valdis Dombrovskis, a déjà averti à l’époque que de nouveaux tarifs douaniers pourraient être imposés avant même l’été. Cela ne semble pas avoir plu à BMW, Mercedes-Benz et Volkswagen, car la Chine reste l’un de leurs marchés les plus importants et ils craignent des représailles de la part du gouvernement de Xi Jinping.

Réactions mitigées en Allemagne

Cette vision est partagée par le ministre fédéral allemand des Transports, Volker Wissing. « Nous ne voulons pas fermer le marché, nous voulons faire concurrence. Nous voulons un commerce international qui se déroule dans des conditions justes et équitables, et non une guerre commerciale par le biais de tarifs douaniers punitifs ».

Dans tous les cas, les éventuelles mesures de l’Union européenne ne seraient pas du tout aussi radicales que celles des États-Unis. Certaines sources indiquent que les tarifs douaniers provisoires seraient de 30 %, ce qui, d’autre part, n’affecterait que les groupes chinois à court terme, car la plupart prévoient de construire des usines dans le vieux continent pour être plus compétitifs.

Mesures et perspectives

Les nouveaux tarifs européens, bien que moins drastiques que ceux des États-Unis, pourraient rapidement pousser les fabricants chinois à déplacer leur production en Europe pour rester compétitifs. La Commission Européenne a critiqué BYD, Geely et SAIC pour ne pas avoir fourni suffisamment d’informations dans le cadre de l’enquête. La Chambre de Commerce chinoise en Europe réfute ces accusations, affirmant que ces entreprises ont coopéré pleinement.

Pascal Dalibard
Pascal Dalibardhttps://appel-aura-ecologie.fr
Pascal est un passionné de technologie qui s'intéresse de près aux dernières innovations dans le domaine de la téléphonie mobile et des gadgets. Il est convaincu que la technologie peut changer le monde de manière positive, mais il est également soucieux de l'impact environnemental de ces produits.

Actualités

Coups de cœur