AccueilÉnergieLa Chine surprend avec le "meilleur" réacteur nucléaire de quatrième génération au...

La Chine surprend avec le “meilleur” réacteur nucléaire de quatrième génération au monde. Pour un avenir plus sûr

Publié le:

Des puissances émergentes ont entrepris de dépasser l’Union européenne en matière de production d’énergie renouvelable. L’une d’entre elles, appartenant au groupe renouvelé des BRICS+, a laissé les 27 pays de notre groupe européen en état de choc avec ce macro-projet : le meilleur réacteur nucléaire de Chine, de quatrième génération et destiné à assurer “un avenir plus sûr” (c’est du moins ce qu’ils affirment).

N’avions-nous pas exclu l’énergie nucléaire ? Nous pensions que oui

L’énergie nucléaire avait été mise dans le même tiroir que les combustibles fossiles, c’est-à-dire avec tous ces moyens de production que nous continuons à autoriser pour ne pas vivre dans l’obscurité, mais qu’il n’est pas dans notre agenda de maintenir et auxquels nous allons chercher une alternative.

Cependant, les puissances européennes et mondiales rouvrent leurs vieilles centrales électriques, alors que s’est-il passé ? La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, reconnaît l’importance de l’énergie nucléaire dans le mix énergétique, ce qui montre un changement de tendance au niveau mondial.

Le rôle de l’énergie nucléaire dans la transition vers une matrice énergétique plus propre et plus sûre devient évident, et la Chine a décidé de mener ce changement avec son réacteur nucléaire innovant de quatrième génération. Cependant, d’autres puissances des BRICS+, telles que l’Inde et la Russie, lui emboîtent le pas.

La Chine dévoile le meilleur réacteur nucléaire au monde : un nouveau projet mégalithique

La Chine a fait preuve d’audace en inaugurant le réacteur HTR-PM, situé dans la centrale nucléaire de Shidao Bay, dans la province de Shandong. Ce réacteur nucléaire de quatrième génération, qui est entré en service en décembre 2023, représente une avancée significative dans la technologie commerciale.

Composé de deux réacteurs à lit de boulets reliés à une turbine à vapeur et à un système de refroidissement à l’hélium, le HTR-PM se distingue par sa conception innovante et sa capacité à produire de l’électricité et de la vapeur pour l’industrie pétrochimique. Un pas en arrière donc ? Apparemment, non.

Ce projet mégalithique témoigne de la détermination de la Chine à relever les défis énergétiques du 21e siècle. Le réacteur HTR-PM fournira non seulement une source d’énergie fiable, mais servira également de laboratoire de travail pour tester et perfectionner les technologies nucléaires avancées.

Pourquoi s’agit-il d’un réacteur nucléaire de “quatrième génération” ?

La classification des générations dans le domaine de l’énergie nucléaire marque l’évolution de la technologie. Les réacteurs de la première génération étaient expérimentaux, suivis des réacteurs commerciaux de la deuxième génération et des améliorations de la troisième génération, qui a laissé derrière elle la catastrophe de Tchernobyl.

En outre, son système de refroidissement à l’hélium élimine la nécessité de s’installer à proximité de grandes étendues d’eau, ce qui répond à l’une des préoccupations associées aux réacteurs nucléaires conventionnels. Il est développé par l’université de Tsinghua, le groupe China Huaneng et la China National Nuclear Company.

Aujourd’hui, avec la quatrième génération, il intègre des technologies innovantes et des conceptions avancées pour répondre aux défis et aux limites des générations précédentes. C’est la classification donnée au réacteur nucléaire chinois, peut-être en raison de sa puissance, peut-être en raison de sa technologie innovante (et quasi-expérimentale).

Le HTR-PM est capable de produire 2 x 250 MWth, avec une température de sortie de la vapeur atteignant 500 °C. Ses innovations en matière de sûreté comprennent le refroidissement passif, le combustible résistant aux hautes températures, la régulation automatique de la réaction de fission et la capacité à gérer les situations d’urgence.

Il est clair que les grandes puissances misent sur les énergies renouvelables, mais à leur manière. En Espagne, nous continuons à fermer des centrales électriques au profit de l’énergie éolienne et photovoltaïque. Mais ce réacteur nucléaire en Chine nous montre qu’ils ont l’intention de suivre leur propre voie. Qu’ont-ils en commun ? Le désir de parvenir à un avenir plus durable pour tous, en laissant de côté les combustibles fossiles.

Stéphane Bourgeois
Stéphane Bourgeois
Stéphane a commencé à écrire il y a quelques années, explorant des sujets tels que les dernières technologies numériques, l'impact environnemental des industries et les dernières découvertes scientifiques. Son objectif est de partager des informations claires et accessibles pour aider les lecteurs à mieux comprendre le monde qui les entoure.

Articles connexes

L’hydrogène fournira jusqu’à 26 % de la demande d’énergie finale de l’UE en 2050, mais il est peu probable qu’il soit utilisé pour les...

L'hydrogène électrique jouera un rôle essentiel dans la décarbonisation de l'Europe, mais les décideurs politiques ne devraient l'utiliser...

Des voitures solaires qui se rechargent en roulant : cette usine allemande a réalisé l’impossible

De plus en plus de constructeurs automobiles cherchent à rendre l'utilisation des véhicules durable, la première alternative étant...

Les panneaux solaires, un outil inattendu contre la sécheresse : révolution climatique en cours

Après tant d'années d'utilisation des panneaux solaires, nous avons découvert qu'ils étaient capables de faire quelque chose avec...

SOLYCO SOLon, solution photovoltaïque intégrant des panneaux bifaciaux verticaux et des toits verts

Cette initiative est le fruit d'une collaboration entre Solyco, fabricant renommé de panneaux photovoltaïques, et Optigrün, spécialiste de...